Les lectures de l’élève-écuyer | Gal Decarpentry

« L’élève écuyer doit s’assurer, en étudiant à fond les œuvres laissées par les maîtres de l’art, une culture équestre aussi étendue que possible. Rien de ce qui a été  écrit sur l’équitation ne doit lui rester indifférent. Il y trouvera toujours matière à exercer sa réflexion et son esprit critique.

Au fond, tous les auteurs disent la même chose, seulement chacun d’eux la dit d’une manière qui lui est personnelle, et l’une de ces ‘manières’ se trouvera plus particulièrement propre à faire pénétrer dans l’esprit du lecteur une vérité équestre dont il n’avait jusqu’alors qu’une notion superficielle, et plus ou moins indistincte.

Encore faut-il savoir lire, parcourir d’abord ‘d’un trait’ pour ainsi dire, l’ouvrage entier, afin d’en découvrir, à l’aide de la table des matières et de la préface, la structure, la composition et l’esprit. Puis, reprendre un à un tous les chapitres, en faisant appel aux souvenirs accumulés dans la mémoire par les études antérieures pour comparer, découvrir les différences et les analogies des diverses méthodes, et enfin ébaucher sur l’ouvrage un jugement provisoire, qui sera constamment modifié par la suite, à la mesure de l’expérience acquise. »

 

Général Alexis Decarpentry, Équitation académique : préparation aux épreuves internationales de dressage [Berger-Levrault, 1949], Paris/ Panazol : Lavauzelle, 1991, p. 25.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.