Le dandy | Lancosme-Brèves

Portrait au vitriol du mirliflor se piquant d’art équestre

 

Le dandy est l’écuyer du grand et beau monde, l’homme par excellence de l’équitation, celui qui raisonne le mieux, celui qui sait tout, parle de tout. Il n’est pas de chevaux qu’il ne puisse dresser ; il ne croit pas aux talents supérieurs ; il conteste, par conséquent, celui des plus grands écuyers, et s’imagine que, sortis de leur manège, ils ne sont plus capables de rien.

L’équitation du dehors est, selon le dandy, le nec plus ultra de la science. Il est vrai que, dans le manège, la pointe de ses pieds irait heurter contre les murs, et qu’il lui faut un champ plus vaste pour contenir ses coudes arrondis.

Savary de Lancosme-Brèves, De l’équitation et des haras, Paris : Rigo frères, 3e éd., 1842, p. 307.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.