[Portrait] Sophie Cousinié, artiste et illustratrice

Le cheval au bout des doigts avec Sophie Cousinié

Illustratrice indépendante, Sophie Cousinié est aussi cavalière et sait dépeindre, non sans humour, les moeurs cavalières de notre temps. Elle a participé à différents projets éditoriaux pour la Fédération française d’équitation, une revue équestre (Planète Cheval) mais aussi hors de la sphère équestre. Portrait d’un cheminement artistique

LE CHEVAL, de l’esquisse de jeunesse aux travaux professionnels

J’ai commencé par les chevaux. Petite, je gribouillais des chevaux partout, tout le temps. Je pense qu’aujourd’hui je peux les dessiner avec les pieds les yeux fermés. Ces esquisses de coin de cahier, griffonnés sur les nappes des restaurants, dans les courriers, sur les tableaux, à la craie sont restés comme des mantras. J’ai développé avec l’âge, à côté d’une pratique équestre décousue, large mais toujours passionnée, une culture du cheval. Cet appétit me pousse à me frayer un chemin à travers de nombreuses disciplines et expériences.

Illustration de Sophie Cousinié en couverture d’une production de la FFE

Sur le papier, le cheval est toujours aussi présent dans mes travaux. C’est un pan de mes réalisations. Je consacre des séries aux chevaux (dernièrement, une série de Samouraï japonaises à cheval), collabore avec les éditions FFE pour des dessins techniques par exemple, et plus largement, je réalise des commandes pour une clientèle équestre (élevages, haras, pensions, propriétaires).

Les chevaux sont alors sujets-rois dans mes dessins, représentés parfois comme des personnages un peu humanisés, parfois plus réalistes, personnages de bd ou croqués d’un trait léger. L’animal a une grande place dans mes illustrations, il se trouve souvent à côté de l’homme ou bien en sujet principal.

INSPIRATION et PROCESSUS CREATIF

J’ai été et je suis inspirée par des artistes. Dans le désordre peintres, graveurs, dessinateurs : Sempé, SEM, Henri de Toulouse Lautrec, Egon Schiele, Felix Valloton, Catherine Meurisse, des bédéistes comme Alexis Dormal, Manu Larcenet, Kay Thompson. Il y a beaucoup de noms que je pourrai citer, ces derniers m’inspirent pour leur style, les personnages, les scénarii.

Je travaille sur papier artisanal le plus souvent, à l’encre et à l’aquarelle. Je réalise mes œuvres libres souvent en séries (thématiques, déclinaisons de personnages, de situations, de mouvements) que j’expose et vends. Ces créations sont réalisées sur des formats divers : du A5 au format jésus ( 56 x 76 ). Mon trait est assez rapide. En général, je crayonne, parfois même de façon très détachée puis encre le dessin au pinceau ou à la plume, ensuite, je colorise aux encres ou aquarelles.

(c) Sophie Cousinié

Parfois je dessine ce qu’il me vient de mes rêves, d’après mes souvenirs ou ce qu’on me raconte. Je dessine aussi dehors, aux tables de café (jadis !) les gens et leurs chiens, les enfants, les vieux qui trainent des pieds et les passants affairés. Je travaille également à la commande, d’après photos, descriptions, textes, ou même librement. Mon objectif est toujours le même : saisir l’essence des choses au plus près de comment je les vois et avec un trait léger.

UN CHEMIN DE TRAVERSE, des études à la profession

Le chemin universitaire que j’ai suivi, je l’appelle Chemin de traverse car je n’avais jamais imaginé, alors étudiante, devenir dessinatrice. Seulement, c’est une façon détournée d’arriver à ma pratique d’aujourd’hui et j’aime assez être de biais par rapport à mon activité artistique, c’est une façon de la préserver aussi élancée que possible, encore aujourd’hui. Mes études m’ont formé à la lecture, à une compréhension du monde, à observer et, par là, à aiguiser mon regard.

Lors de ma licence de lettres, lorsque je ne parvenais à écrire, je dessinais d’abord, sûrement pour organiser mes idées mais d’abord pour écrire, d’une autre manière, avant les mots.

(c) Sophie Cousinié

Le théâtre m’a accordé par son étude et sa pratique une vitalité de l’imaginaire. Disons que je l’ai toujours nourri et activé. Pendant ces années, je pense que j’ai absorbé ce que je pouvais en matière d’espace et de postures. Par là, je veux dire que la scène met en lumière les corps, les attitudes. L’expression des humains est mis sous les projecteurs. La scénographie offre aussi une étude de la mise en espace, c’était un peu mes cours de perspective, inconsciemment.

En anthropologie, j’ai eu l’occasion de réaliser des films, par le montage et l’image (qui sont également d’autres formes d’écriture), j’ai choisi de focaliser sur une micro-gestuelle, des détails inhérents à l’être humain. Au sein de ce cadre resserré, je pense que mon œil choisissait déjà ses sujets d’études pour les dessins à venir.

Les Oiseaux migrateurs, un livre illustré par Sophie Cousinié

L’ILLUSTRATION : regard et ouverture au monde

En plus d’être un réjouissement esthétique, l’illustration vient expliquer un texte, donner à la lecture profondeur et ouvertures, susciter l’imaginaire, la rêverie, ou tout simplement l’attention du lecteur, dès la petite enfance. Une bonne illustration vient montrer ce que le texte ne dit pas. On peut dire par là, qu’elle la complète. Elle ne doit pas dire ou répéter les mots mais offrir un univers, une proposition. L’illustration est aussi une fenêtre vers le monde de l’art. Elle est souvent riche en intertexte, on peut y lire des références à des histoires antérieures, des mythes, contes et légendes.

Il s’agit pour ces deux publications (très différentes) d’accompagner un projet, à chaque fois, qui me tient à coeur. Comme je dessine exactement ce que j’ai envie, je m’accorde parfois des projets plutôt engagés. J’ai l’impression que parfois dans ma pratique générale, on peut aussi lire une forme d’engagement mais il est très dissout, plutôt niché dans des détails, car ce n’est pas mon but premier.

Découvrir et suivre Sophie Cousinié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.