Vers la centaurisation | Col. Carde

 

« Je demande que l’on raisonne sa pratique que l’on sente, que l’on réfléchisse avant d’agir. Je dis que, s’il faut avoir des connaissances, il faut par dessus tout faire preuve de bon sens.

Cela conduit logiquement vers la centaurisation, qui n’est autre que la mise en synergie, dans la confiance et le respect mutuel, de quatre équilibres, les équilibres physique et psychique du cavalier et de sa monture. »

 

Colonel Christian Carde et Madeleine Debure, Le dressage et la compétition : idéal classique et enjeux contemporains, Paris : Belin, 2014, p. 96.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.