CORDIER Jean-Baptiste [1771-1849]

Cavalier militaire pratiquant une équitation versaillaise. Engagé en 1792 comme cavalier puis sous-lieutenant chez les chasseurs à cheval (23e puis 19e), il va ensuite être officier-élève à l’Ecole d’instruction des troupes à cheval de Versailles où il suivra l’enseignement de Jardin et de Coupé (piqueurs des Écuries du Roi). Il participe à quelques batailles en Europe avant d’être mis à la retraite pour blessure, il est alors capitaine. En 1811, il devient sous-écuyer à l’Ecole militaire de Saint-Germain jusqu’à sa fermeture trois ans plus tard. Il est officier instructeur à la compagnie des Gendarmes du Roi avant d’être finalement nommé écuyer à Saumur. Il y enseigne une équitation inspirée par l’ancienne Ecole de Versailles et eu notamment pour élève Jean Rousselet. De 1823 à 1824, l’Ecole est démobilisée à Versailles avec Cordier au poste d’écuyer en chef. De retour à Saumur, l’Ecole prend le nom d’Ecole royale d’application de cavalerie, Cordier garde son poste jusqu’à sa retraite en 1835.

 

– École du cavalier à pied, par demandes et réponses, Paris, 1803.

– École d’escadron, par demandes et réponses, Paris, 1803

– Traité raisonné d’équitation en harmonie avec l’ordonnance de cavalerie d’après les principes mis en pratique à l’Ecole d’application de cavalerie, Paris : Anselin et Pochard, 1824, 449 p. Disponible sur la médiathèque de l’IFCEGallica et Google books.

Traité traitant d’abord de l’instruction du cavalier puis du cheval. La progression du cavalier se fait en six leçons : 1) montoir, tenue des rênes, position, aides ; 2) aides, déplacement ; 3) longe, premières figures ; 4) bride, déplacement au trot ; 5) déplacement au galop ; 6) monte avec étriers et figures de manèges. Ces leçons sont suivies d’une présentation de douze exercices : doublés, voltes, demi-voltes, changements de main.

Le travail du cheval propose plusieurs réflexions : L’Impulsion que le cheval communique au cavalier (partie du corps, différentes allures) ; Du Galop (impulsion, courbes, hanches, aides) ; Instruction pour dresser les jeunes chevaux (longes, galop) ; Division du travail aux manèges militaires et d’académie ; Instruction sur l’embouchure (différents mors).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.