Retour sur « Centaures quand nous étions enfants » du Théâtre du Centaure

Fin décembre, j’ai eu l’occasion d’aller voir une création théâtrale équestre sur la scène des Treize Arches de Brive-la-Gaillarde : la pièce « Centaures quand nous étions enfants » du Théâtre du Centaure

 

Cette création est pensée comme une rétrospective sur la vie de Camille et Manolo, le couple fondateur de la compagnie du Théâtre du Centaure. Les deux acteurs s’associent sur la scène à Gaïa, étalon frison et à Indra, étalon pure race espagnole. Mêlant projection de vidéos, voix enregistrées et expressions scéniques, la pièce entremêle souvenirs, scènes de vie, chevauchées rêveuses, réflexions sur leur propre histoire et sur celle de chacun d’entre eux : Manolo racontant Camille et inversement, eux-mêmes narrant celles des chevaux.

L’histoire véritable de Camille et Manolo, fondateurs du Théâtre du Centaure, compagnie de théâtre équestre établie à Marseille. Quels enfants étaient-ils ? Quels adolescents ? Comment se sont-ils rencontrés ? Comment ont-ils, au fil des années, imaginé et bâti ensemble ce lieu utopique qu’est devenu le Théâtre du Centaure ? Comment s’aimer, quand on a choisi la vie avec les bêtes ? Comment s’aimer quand la vie avec les bêtes réclame tant de disponibilité et de rigueur ? Comment s’aimer quand on ne considère plus les bêtes comme des bêtes, mais comme des morceaux de soi ? (Résumé de la pièce)

Entre humour et poésie, les acteurs-centaures se dévoilent et imposent leur rythme. Certaines scènes pourraient paraître un peu longue à certains spectateurs mais elles sont nécessaires pour que les chevaux se pénètrent de l’atmosphère de la salle ainsi que pour échafauder une temporalité particulière. Un temps de respiration qui doit s’essouffler pour marquer l’esprit et la mémoire du public. L’interaction avec ce dernier est par ailleurs spontanée et heureuse lors de la scène du pansage ou de l’appel téléphonique qui précède leur rencontre. Les applaudissements du public s’invitent régulièrement et pourraient s’avérer peu profitables à la narration mise en place. Ils s’incorporent pourtant au rythme et contribuent ainsi au jeu d’équilibre temporel de la création théâtrale d’une compagnie elle-même à la croisée des arts (danse, théâtre, chant, cirque, art contemporain).

La présence des chevaux en scène distille bien cet entre-deux, le corps animal a une présence forte et presque sur-réel sur l’estrade à taille humaine. Il ne s’agit pas de faire dans le spectaculaire mais bien plutôt de re-mettre en scène des actes quotidiens que l’on devine derrière les gestes et c’est là tout la figure du centaure. Camille et Manolo présentent dans leur équitation une unité pour ce personnage double qui s’expose parfois dé-monté. Les chevaux, leurs expressions et allures concourent à la narration théâtrale, ils font sens et incorporent les émotions successives de cette autobiographie hybride.

Toute l’enfance tient dans un cheval de bois. Raconter l’histoire de Camille et Manolo, c’est revenir à notre propre source pour questionner nos convictions. En quoi sommes-nous prêts à croire ? Comme eux croient effrontément, poétiquement, passionnément, qu’ils ne sont que moitiés d’êtres tant qu’ils ne composent pas, fondus dans leur part animale, ce dessin d’une des créatures mythologiques parmi les plus fascinantes.
Les centaures existent. La preuve. Fabrice Melquiot

Une création théâtrale plutôt destinée à un public adulte ou adolescent bien que le programme indique à partir de huit ans. Les enfants ne seront peut-être pas touchés par certaines références (l’enfance dans les années 80) et aptent à apprécier une construction narrative qui joue avec les temporalités (aller-retour entre le présent et le passé). Le spectacle reste néanmoins accessible et dure moins d’une heure.

Pour un autre avis plus ciblé sur le travail de Fabrice Melquiot, le metteur en scène et auteur du texte de cette création, vous pouvez consulter l’article de Camellia Burows.

 

 


Plus d’informations

Site de la compagnie : http://www.theatreducentaure.com

« Centaures quand nous étions enfants »

Création 2017 au Théâtre AM STRAM GRAM de Genève

Texte & mise en scène Fabrice Melquiot, chorégraphie Camille & Manolo, assistante à la mise en scène Mariama Sylla

http://www.theatreducentaure.com/Creations/Creations/Centaures-enfants

En tournée :

Distribution

Texte et mise en scène Fabrice Melquiot ; Assistante à la mise en scène Mariama Sylla ; Chorégraphie équestre Camille & Manolo

  • création sonore et musicale Nicolas Lespagnol-Rizzi
  • création photographique Martin Dutasta
  • création lumière et régie Jean-Marc Serre
  • régie plateau Sylvain Vassas Cherel et François-Xavier Thien
  • conseil vidéo Gabriel Bonnefoy

Avec les voix de Elsa Scholler, Timeo Bonnano, Lua Gaggini, Laurent Schefer, Christiane Suter, Claude Thébert.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.