Daniel Roche – Histoire du cheval | France Culture

L’Histoire du cheval avec Daniel Roche dans l’émission « La Fabrique de l’Histoire » animée par Emmanuel Laurentin sur France Culture

 

Quatre épisodes de 50 min. à écouter sur internet ou à podcaster : 1, 2, 3, 4.

 

Un siècle et quelque après l’invention du moteur à explosion, l’Occident presque totalement oublié le rôle qu’a joué le cheval dans son histoire, qu’il s’agisse de son usage économique et guerrier ou de ses fonctions symbolique, politique et culturelle.

 

Aujourd’hui, Daniel Roche discute avec Jacques Mulliez qui, dès les années 70, s’intéressa à l’histoire de la sélection des chevaux et à celle des haras. Une question éminemment politique comme nous le diront nos deux historiens.

Documentaire radiophonique d’Olivier Chaumelle réalisé par Anne Fleury et diffusé dans l’émission. Intervenants présents :

-Michel Beaubois, président de la Fédération de la Boucherie Hippophagique de France
-Jean-Pierre Digard, anthropologue
-Carole Ferret, ethnologue
-François Landrieu, président de l’Académie de la Viande
-Otis Lebert, restaurateur
-Didier Nourrisson, historien
-François Sigaut, anthropologue

Aujourd’hui, Daniel Roche discute avec Matthieu Flonneau, spécialiste de l’histoire de la mobilité. Ils commentent des archives sonores de l’INA centrées sur la place du cheval en ville. Depuis Louis-Sébastien Mercier dénonçant la place trop grande du cheval luxueux dans le Paris de la fin du XVIIIème siècle jusqu’à la disparition complète de cet animal des espaces urbains au milieu du XXème, nous pointons quelques paradoxes : l’arrivée du chemin de fer n’a pas fait disparaître, bien au contraire, la force animale; la ville du XIXème a du mal à loger et de nourrir des dizaines de milliers de chevaux mais elle en a pourtant un besoin quotidien; la rue n’est pas plus sûre à la fin du XIXème siècle avec ses attelages qui ne savent pas s’arrêter que quelques décennies plus tard avec les automobiles. Et nous nous interrogeons sur la rupture récente avec des siècles de présence animale en ville.

Aujourd’hui, Daniel Roche discute avec Patrick Boucheron, maître de conférence en histoire médiévale à l’université Paris I. Ils parlent tous deux de la statue équestre de Francesco Sforza sculptée par Léonard de Vinci, expliquent pourquoi le creuset italien fut si important pour la culture équestre de tout le reste de l’Europe, de la gloire des cavaliers et de la mondialisation nécessaire de l’histoire du cheval.

 

Image : « Napoléon Empereur des Français. Proclamé à Paris le 30 Floréal An 12 », Estampe, Paris : Bonneville, n° 195. Gravure à l’eau-forte, coloriée. Source : Gallica.

10 commentaires

  1. Curieux. Je pensais justement la semaine dernière que nous avons complètement fait disparaître le cheval de notre univers, alors qu’il nous accompagnait partout, aux champs et à la ville. Dommage. Toutes ces trottinettes électriques et autres Vélibs moches ne pourraient-ils pas être remplacés par un mode de transport 100% écologique? (Que du foin)
    :=

    Aimé par 1 personne

    1. C’est sûr que l’on est bien loin du Paris encombré par les chevaux ! mais ils sont encore là, dans les lieux de loisirs, et avec un peu de chance, ils seront aussi de retour de manière plus utilitaires pour le transport de proximité, le travail en agriculture ‘délicate’, l’aide aux personnes, etc.

      Aimé par 1 personne

      1. Et très utile pour (re)développer l’usage et la présence du cheval de trait. On essaye toutes les semaines mais ce n’est pas toujours ça ! Bon dimanche

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.