Une Don Quichotte en Asie | A. David-Néel

 

Lopchoo [Tibet/ Inde], 11 avril 1912

[…] Oui, très cher, je suis partie ce matin avec mes gens. Juchée sur mon ‘coursier’ dans le matin rose un peu lumineux, j’ai songé à Don Quichotte partant chercher aventure. Je n’avais pas la lance au poing, une simple baguette empruntée à un buisson par mon petit bey la remplaçait. Espérons que les ‘moulins à vent’ eux aussi seront, en proportion, modestes.

[…] Du brouillard, beaucoup… de gros nuages errants par les forêts transformant les arbres en géants fantômes. […] On se sent loin en traversant ces forêts himalayennes avec leurs arbres énormes, pourris de vieillesse, tout creux, vêtus, jusqu’au faîte, de longues mousses pendantes. Il y en a  où pousse de tout, des lianes, d’autres arbres venus d’une graine nichée en une fente de l’écorce, où pousse de tout, sauf le feuillage de l’arbre en lui-même, rongé, tué par tant de parasites.

 

Alexandra DAVID-NÉEL, Journal de voyage : lettres à son mari (11 août 1904 – 26 décembre 1917), t. 1, Paris : Plon, coll. Pocket, 1975, p. 120.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.