La Centauresse du val | L. Delarue-Mardrus

« Le Beau Souhait » par la poétesse Lucie Delarue-Mardrus

 

Qu’on me donne un cheval rapide,
Assez difficile à monter
Pour que mes yeux quittent le vide
Et mon rêve l’éternité !

Toute la force de mes jambes
Voudrait le furieux galop
Qui scande, comme des ïambes,
La plaine, le vent, le ciel, l’eau.

J’aurais, multipliant ma vie,
Deux élans, deux souffles, deux cœurs,
Et quatre sabots marteleurs
Pour bondir selon mon envie.

Je me souviens que je riais,
La tempête dans le visage,
Et que la crinière en biais
Fuyait dans le sens de l’orage.

Je me souviens de matins doux
Où je pénétrais d’un pas calme,
Lorsque l’été perdait sa palme
Et que les sentiers étaient roux.

Je me souviens du trot allègre
Que je prenais à travers bois,
Et du petit coup de vent aigre
Qui nous décoiffait à la fois.

Nous allions. La bête vivante
À mes songes obéissait,
Et, dans la brise qui l’évente,
Cette apparition passait :

Le cheval devenant moi-même,
Moi-même devenant cheval,
Centauresse à travers le val,
Fantôme du couchant suprême.

– Ah ! Qu’on me rende ces chemins
Où tant aimait mon âme amère
Chevaucher sans fin sa chimère
Avec des crins vrais dans les mains !

 

Lucie DELARUE-MARDRUS, Le Cheval, Paris : La Nouvelle Société d’édition, coll. La Femme à la page, 1930, pp. 92-93.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.