L’île des centaures | A. Robida

L’Île des Centaures est un ouvrage jeunesse de l’illustrateur et écrivain Albert Robida. Ce court roman publié au début du XXe s. qui s’inscrit dans la lignée des romans d’aventure initiatique de Jules Verne n’est pas sans rappeler l’épisode chez les Houyhnhnms dans les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift. En effet, dans ce dernier livre, le héros rencontre des chevaux savants civilisés qui règnent en maître sur des yahoos – êtres humains à l’aspect simiesques.

Lire en ligne ou pdf téléchargeable sur Gallica

L’œuvre de Robida se découpe en chapitres comme suit :

-CHAPITRE I
  Naufrage du capitaine Zéphyrin et rencontre vraiment extraordinaire sur une plage inconnue
-CHAPITRE II
  Où le capitaine Zéphyrin, recueilli par des naturels à quatre pieds et deux bras, tombe de surprise en surprise
-CHAPITRE III
  Premier coup d’œil sur la ville des Centaures. – Le maréchal-ferrant. – Zéphyrin fait connaissance avec la cuisine centauresque
-CHAPITRE IV
  Le capitaine Zéphyrin soulève une grosse émotion dans les rues de la ville et chez M. le Maire. – Réception en famille
-CHAPITRE V
  Quelques savants centaures prétendent ranger le capitaine Zéphyrin dans la famille des singes. – Projets de vengeance dudit Zéphyrin
-CHAPITRE VI
  Promenades et distractions avec la famille Kapalouïa

 

-CHAPITRE VII
  Le capitaine Zéphyrin se refuse à une petite opération qui lui éviterait pourtant bien des humiliations
-CHAPITRE VIII
  Les savants Bibouf et Galibou. – Nouvelles humiliations pour le quadrumane Zéphyrin
-CHAPITRE IX
  Où le capitaine Zéphyrin commence ses préparatifs d’évasion, avec complication d’enlèvement, pour rapporter quelques souvenirs au pays
-CHAPITRE X
  La veille du grand jour! – Petite soirée musicale pour la fête de Madame Azuli Kapalouïa
-CHAPITRE XI
  L’évasion. – Enleveur ou enlevé? – Zéphyrin apprend à connaître la poigne de Pingo, centaure de race zébrée
-CHAPITRE XII
  De plus triste en plus triste. – Où Bibouf et Galibou se révèlent. – Comment le quadrumane Zéphyrin débarqua incognito dans la capitale des centaures.
-CHAPITRE XIII
  Le capitaine Zéphyrin, curiosité naturelle de premier ordre, a les honneurs d’une très flatteuse affiche
-CHAPITRE XIV
  Présentation officielle à leurs majestés, le Roi et la Reine, aux Académies et autres Sociétés savantes
-CHAPITRE XV
  Retour du quadrumane Zéphyrin dans sa patrie, après dix-sept ans et trois mois de captivité

 

Albert ROBIDA, L’Île des Centaures, Paris : H. Laurence, 1912, 124 p. Disponible sur Gallica (domaine public).

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s