La Cocotte de L’Hotte

Le Général L’Hotte se remémore Cocotte, sa première monture dans son livre Un officier de Cavalerie :

« Cet amour du cheval commença à s’emparer de moi dès ma première enfance. Quel que fût le jeu auquel je me livrais, je ne pouvais entendre un cheval passer dans la rue, sans courir à la fenêtre pour le voir ; rien ne me retenait.

Mon père, en quittant le service, avait conservé un cheval. Ce cheval était une jument fort belle, dont je pourrais, aujourd’hui encore, faire le portrait exact. Elle s’appelait Cocotte ; sa robe était alezane et bien dorée. J’avais conservé précieusement de ses crins et peut-être qu’en cherchant bien, je les retrouverais encore. C’est sur elle que j’ai fait mes premières armes, comme enfant, puis comme petit jeune homme. Lorsque j’étais enfant et que la jument allait à la promenade, j’attendais patiemment son retour près de la porte de la rue. Aucun attrait de jeu, ou autre, n’aurait pu me faire quitter mon poste, et cela pour être hissé sur le dos de la jument, à son retour de la promenade et faire les quarante ou cinquante pas qui séparaient la porte de la rue de la porte de l’écurie.

Comme Cocotte était très douce, on me la laissa monter en toute liberté vers ma treizième année. C’est alors que ma mère me transmit, dans les limites du possible, les principes équestres qu’elle avait reçus de son père. »

Un officier de cavalerie, souvenirs du général L’Hotte, Paris : Plon-Nourrit, 1905, pp. 27-28. L’ouvrage est disponible sur Gallica.

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s