Le Far West s’invite sur Arte (replay)

Trois documentaires sur des figures légendaires, réelles et fictives, de l’Ouest Américain sont à découvrir sur Arte

Lucky Luke – Calamity Jane – Buffalo Bill

Lucky Luke

Voilà soixante-dix ans que Lucky Luke tire plus vite que son ombre et arrive à point nommé pour régler les problèmes qui obscurcissent l’horizon de l’Ouest américain. Héros d’albums vendus à 300 millions d’exemplaires, ce personnage lisse – miroir du lecteur, il n’a ni passé ni états d’âme – incarne à jamais le Far West à l’européenne. L’Ouest américain a il est vrai fait rêver la génération d’avant la conquête spatiale, à laquelle appartient le jeune Maurice De Bevere, le futur Morris. Grandi dans les mornes plaines agricoles de la Belgique, l’adolescent a besoin d’évasion et se jette sur les premiers dessins animés et les westerns. Plus tard, une parenthèse new-yorkaise aidera le dessinateur à confronter son fantasme de l’Amérique à la réalité.

Aux États-Unis, il rencontrera René Goscinny avec qui une collaboration fructueuse s’enclenchera à leur retour en Europe. Lucky Luke prend son envol. Deux niveaux de lecture – pour enfants et adultes – apparaissent et un traitement subtil des sombres réalités de la vie (prostitution, alcoolisme…) permet de contourner les règles strictes qui encadrent les publications pour la jeunesse.

Dégainant avec autant de vivacité que Lucky Luke, ce documentaire navigue avec humour dans son univers et ses influences, à l’aide d’archives dans lesquelles Morris, tiré à quatre épingles, se raconte, et d’extraits de films et de planches. Épurée, et elle aussi impeccable, l’esthétique du dessinateur se dévoile : trait sûr, pop art avant l’heure, sens de la mise en scène. Historiens et auteurs de BD décryptent ce délectable pan de la BD, notamment Jul et Achdé, qui reprennent le flambeau et ont audacieusement propulsé le cow-boy dans la communauté juive new-yorkaise.

Documentaire de Guillaume Podrovnik (France, 2016, 53mn)

Pour visionner le documentaire


 

Calamity Jane

Par-delà la légende, une évocation exaltante de Calamity Jane, dont la vie épouse tous les grands moments de la conquête de l’Ouest. Des grandes plaines de l’Ouest aux villes champignons, des convois de pionniers aux premières lignes de chemin de fer, du cowboy solitaire des frontières aux premiers journalistes reporters, ce documentaire retrace l’émouvant parcours d’une femme hors normes.

Deadwood, Dakota du Sud, 1903. Une foule d’anonymes se presse aux funérailles de Martha Jane Cannary, plus connue sous le nom de Calamity Jane. Qui était cette femme, disparue prématurément ? Comment a-t-elle acquis son statut d’héroïne américaine ? Des grandes plaines de l’Ouest aux villes champignons, des convois de pionniers aux premières lignes de chemin de fer, du cow-boy solitaire des frontières aux premiers journalistes reporters, ce documentaire retrace l’émouvant parcours d’une femme hors normes dont on n’a voulu retenir que le mythe. C’est alors une autre histoire de l’Ouest américain qui se révèle : plus intime, vue de l’intérieur et à hauteur de femme.

Par le biais d’évocations filmées dans des décors naturels, notamment dans d’étonnantes villes fantômes, d’images d’archives inédites, de témoignages de biographes et d’historiens, le film retrace le parcours d’une femme hors du commun. Il nous entraîne des grandes plaines de l’Ouest américain aux montagnes Rocheuses, des réserves apaches aux faubourgs de Deadwood, à l’arrière des convois de pionniers ou sur la selle des desperados.

Documentaire de Gregory Monro (France, 2013, 1h22mn) ARTE F

Plus d’infos


Buffalo Bill 

Après la conquête définitive de l’Ouest, la guerre de Sécession unifie dans le sang la grande nation américaine. Héros de guerre et chasseur de bisons, Buffalo Bill, né William Frederick Cody, monte un spectacle dans les années 1880, le « Wild West Show », qui popularise le mythe du Far West.

Après la conquête définitive de l’Ouest, la guerre de Sécession unifie dans le sang la grande nation américaine. Héros de guerre et chasseur de bisons, Buffalo Bill, né William Frederick Cody, monte un spectacle dans les années 1880, le Wild West show, qui popularise le mythe du Far West. Emmenant cow-boys, Indiens, chevaux et bisons, il part alors pour l’Europe et présente son spectacle dans plusieurs centaines de villes, attirant de 50 millions à 70 millions de curieux. C’est le début de l’américanisation du Vieux Continent.

Documentaire de Vincent Froehly (France/Allemagne, 2012, 1h20mn) ARTE

Plus d’infos

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s