Caractéristique : centaure | Garcin

« Il y a, dans Les Juments de la nuit, où le Japon prolonge l’Écosse, où le théâtre s’ajoute au cinéma, où la danse des hommes se mêle au carrousel des chevaux, où le nô et le kabuki apaisent les cascades, où le noir se marie au blanc et le feu à l’eau, tout ce qui définit Bartabas : le centaure, le chorégraphe, le poète, le cinéaste (Mazeppa, Chamane), l’apôtre du métissage culturel, l’enfant émerveillé de l’Asie, de l’Inde, de La Guérinière, des Marx Brothers et de Pierre Boulez. »

Jérôme GARCIN, Galops : perspectives cavalières II, Paris : Gallimard, coll. folio, 2013, pp. 144-145.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.