Le ‘monologue’ du centaure | Henriquet

Quand Michel Henriquet s’attelle à définir l’art équestre pour l’Encyclopédie Universalis, il convoque la figure du centaure :

« Comme tous les arts, l’art équestre est le produit d’un artifex, qui, par sa patience, son ingéniosité et son talent, contrefait le naturel de la nature. Son œuvre, l’acte équestre, n’est rien d’autre que l’acte du cheval, lequel, sollicité, montre des airs et des allures qui égalent ou surpassent ceux qu’il donne en liberté. L’exécution équestre est comparable à celle de la musique ou de la danse : elle périt comme elles dès qu’elle s’accomplit, et tire toute sa grandeur de ce qu’elle est avant tout improbable, fût-elle d’un extrême dénuement. La caractéristique singulière de l’art équestre est qu’il exige deux acteurs, et que tous deux parviennent à n’être qu’un. L’expression suprême de l’art équestre est en effet le ‘monologue’ du centaure. »

Michel HENRIQUET, « Art équestre  », Encyclopædia Universalis. Disponible en ligne sur Universalis.

Publicités