Surnom de centaure 4

Quand Bartabas devient centaure sous la plume de Jérôme Garcin :

À propos du spectacle Darshan :

« Pour le centaure qui a déjà expérimenté l’ombre chinoise dans son manège de Versailles, où il piaffait derrière un drap blanc, et sur la scène du Châtelet, dans Entr’aperçu, la magie picturale des silhouettes évoque en effet l’émerveillement de l’enfance »

Spectacle sur le Boléro de Ravel en 2012 :

« Ainsi, au cœur de Paris, dévolu pendant trois jours à Hermès, le dieu des voyageurs et le gardien des routes, des lusitaniens crème aux yeux bleus et des criollos argentins gris montés par des cavalières cosmopolites vont danser sur une musique française d’inspiration arabo-andalouse sous l’autorité d’un centaure mirobolant qui tient à la fois du Quichotte, de François Baucher et du roi des gitans. »

et enfin dans le chapitre sur le Manifeste pour la vie d’artiste :

« Fidèle à ses origines vagabondes du Cirque Aligre et du Théâtre emporté, le centaure de Chimère ne saurait créer dans l’aisance, inventer dans le confort ni pactiser avec l’institution. »

Jérôme GARCIN, Galops : perspectives cavalières II, Paris : Gallimard, coll. folio, 2013, p. 157 ; 162 et 166.

Publicités