Moitié de centaure | Nourissier

« Lautreuil, noueux et tassé, avait moins l’air d’un cavalier que d’une moitié de centaure. À terre, il ressemblait assez au Monsieur Bouzin du Fil à la patte. À cheval, il était glorieux. »

François NOURISSIER, En avant, calme et droit, Paris : Grasset et Fasquelle, 1987, pp. 182-183.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.