Prémices de la centaurisation

« La relation de tout cavalier à son cheval est faite en premier lieu d’équilibre. Il y a l’équilibre naturel du cheval. […] À cet équilibre naturel s’ajoute l’équilibre du couple cheval-cavalier, malaisé à trouver car il s’agit que l’équilibre de l’un se confonde avec celui de l’autre… J’ai appris que  cette masse mouvante au-dessous de mon corps imposait des modifications à mon propre équilibre. Et j’ai appris à être avec et dans cet équilibre à deux. Cette notion constitue donc les prémices de toute centaurisation à venir. »

Laurence BOUGAULT, La Liberté du centaure : petit traité sur le voyage à cheval, Paris : Transboréal, coll. petite philosophie du voyage, 2010, pp. 19-20.

Publicités

2 commentaires

Les commentaires sont fermés.