L’âme du centaure

« Et je rêve déjà de repartir au long cours, loin là-bas en Asie centrale, là où la terre recèle l’Âme du Centaure et le sang des Amazones. Mais loin là-bas ou ici, c’est la même musique du vent qui me porte, le même mouvement, la même onde de choc.

Car d’un bord à l’autre des continents, à la fois cow-boy et sultan, l’homme de cheval qui voyage est  Un. Religieusement, il cultive une liberté de couple. Il fait corps avec l’âme du cheval, le corps du cheval attentif à son âme, et il danse dans le vent sur la musique invisible des sphères, et danse droit devant, easy rider. »

 

Laurence BOUGAULT, La Liberté du centaure : petit traité sur le voyage à cheval, Paris : Transboréal, coll. petite philosophie du voyage, 2010, pp. 14-15.

Publicités