Centaure aérien

« Sur l’immense scène du Théâtre national de Chaillot, le centaure aérien, au visage peint en blanc, et le danseur arachnéen, au corps argenté, se frôlent, se croisent, se répondent et, chacun à sa manière, l’un trottant à cru, l’autre rampant nu, réussissent ce miracle : remonter le temps, en une heure vingt, jusqu’aux origines de l’humanité, et restituer à l’homme l’animalité qu’il a éradiquée ou détournée, tandis que le cheval dressé, abdiquant sa sauvagerie originelle, devient l’égal du danseur. »

Jérôme GARCIN, Galops : perspectives cavalières II, Paris : Gallimard, coll. folio, 2013, p. 148.

N.B : il s’agit du spectacle Le Centaure et l’Animal (en savoir plus)

Publicités