Centaure inversé – Hippocéphale

« L’image est aussi fugace que saisissante. Dans l’obscurité, Bartabas baisse sa nuque sous l’encolure noire, où elle se love pour disparaître. Torse nu, bras écartés, comme décapité, il a désormais une tête de cheval aux oreilles dressées. On dirait un Chiron inversé. Chez le centaure de la mythologie grecque, la partie supérieure est en effet humaine et la partie inférieure, équine. Là, c’est l’inverse. Reste, pour le spectateur, un trouble inédit, presque une gêne. Quel être hybride, à la fois imberbe et poilu, bipède et quadrupède, carnivore et herbivore, se présente donc à nous, sur cette scène futuriste toute tendue de noir ? Où s’arrête l’homme, où commence l’animal ? On ne sait plus. Lui-même ne le sait pas. Seule certitude : cela fait un quart de siècle que Bartabas rêve de cette osmose, qu’il aspire à cette métamorphose. »

Jérôme GARCIN, Galops : perspectives cavalières II, Paris : Gallimard, coll. folio, 2013, p. 146.

N.B : la scène a lieu dans le spectacle Le Centaure et l’Animal (en savoir plus)

Publicités