Le centaure, incarnation du désir | Garcin

« L’art commence à cet instant précis où deux corps, l’animal et l’humain, ne font plus qu’un. Le centaure est la plus belle incarnation du désir. »

Jérôme GARCIN, Perspectives cavalières, Paris : Gallimard, coll. folio, 2003, p. 23

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.