Saddle-fitting au XIXe s. | Du Croc de Chabannes

La selle n’exerce par elle-même aucune action sur le cheval ; elle peut cependant, dans certains cas, influer d’une manière défavorable sur ses mouvemens. Il ne suffit pas qu’elle soit bien confectionnée et de bon aloi, comme marchandise. Il faut encore que ses perfections coïncident et soient en parfait rapport avec sa conformation. Il se pourrait qu’elle réunit toutes les qualités requises pour un sujet, et se trouvât très-défectueuse pour un autre. Elle serait reconnue vicieuse dans le cas où la sommité de l’arcade se trouverait en contact avec le garot. Elle le serait également dans celui où les pointes des arçons seraient assez serrées pour gêner le mouvemens des épaules, ou assez écartées pour qu’elle eût son appui sur l’épine du dos. Sa forme et ses dimensions doivent être telles, qu’étant placée convenablement, elle pose et adhère au dos du cheval par le plus de points possibles ; car alors la charge du cavalier se trouvant répartie sur une plus grande superficie, affectera d’autant moins chaque partie en particulier.

Du CROC de CHABANNES, Cours élémentaire et analitique d’équitation ou résumé des principes de M. D’Auvergne suivi de questions et d’observations relatives aux Haras, Paris : Anselin et Pochard (successeur de Magimel), librairie de la garde royale, 1827, pp. 51-52.

Publicités