Films équestres d’octobre

L’univers équestre à l’honneur en ce mois d’octobre avec trois films pour (re)découvrir : la haute école au quotidien, la guerre à cheval et l’équidé du far west

  • L’Odeur de la mandarine de Gilles Legrand le 30 sept. (drame)

Eté 1918. La guerre fait rage pour quelques mois encore, mais pour Charles et Angèle, elle est déjà finie. Lui, officier de cavalerie y a laissé une jambe. Elle, son infirmière à domicile, vient de perdre au front son grand amour, le père de sa petite fille. Unis par le besoin de se reconstruire, ils nouent une complicité joyeuse qui les ramène à la vie. Sur l’insistance de Charles, Angèle accepte un mariage de raison. Il leur faudra entrer en guerre, contre eux-mêmes et contre l’autre avant d’accepter l’évidence de la passion qui les lie malgré eux…

« La guerre était une opportunité car en temps de guerre existent un instinct de survie et une envie exacerbée d’amour. J’ai par ailleurs ce goût pour raconter des histoires en les décalant de notre quotidien. » explique Gilles Legrand, le réalisateur du film et co-scénariste avec Guillaume Laurent . » Mais avant tout je voulais un grand rapport avec le monde équestre. et les thèmes que j’ai souhaité aborder du désir et du plaisir,  je les ai mis en parallèle avec le cheval. Il s’agit d’une histoire d’amour avec le cheval autour. Le cheval m’inspire. Il est doué de ses 5 sens. Il a une sensualité, une élégance, une indépendance dont je voulais me servir pour les mettre en écho à la renaissance de cette  femme. » – La suite à lire sur L’Eperon.

Anecdote : Le HN du Pin a participé au tournage.

Bande annonce

© Metropolitan FilmExport [Allociné]
  • Bone tomahawk de S. Craig Zahler le 23 oct. (western x horreur)

1850 – quelque part entre le Texas et le Nouveau Mexique. Dans la paisible ville de Bright Hope, une mystérieuse horde d’Indiens en quête de vengeance kidnappent plusieurs personnes. Le shérif local accompagné de quelques hommes se lance alors à leur poursuite pour tenter de les sauver…

Article (en anglais) sur Movie web

Bande annonce

  • Alain Cavalier, Le Caravage le 28 oct. (documentaire)

Le cheval de Bartabas à l’œuvre : Chaque jour, de bon matin, Bartabas travaille son cheval préféré Caravage. Tous les deux ont une conversation silencieuse où chacun guide l’autre. Atteindront-ils une certaine perfection qui les autorise à se présenter devant un public ? Traverser les pépins de santé, se remettre de séances ratées, s’affiner, goûter la joie d’un sans faute. Le cinéaste est admis à être témoin de cette intimité. A la longue, c’est la naissance d’un trio où les coeurs sont ensemble. Le spectateur en fera peut-être un quatuor.

Interview sur Telerama : ‘A plume, à crin ou à pépins, les acteurs d’Alain Cavalier’

Invité de Christine Masson et Laurent Delmas dans l’émission « On aura tout vu », France Inter, 24/10/2015. Disponible en podcast.

Publicités