Le Petit Poucet et la Chasse à courre | Raabe

« Les Anglais ont une telle passion pour la chasse à courre, qu’à défaut de renard, ils poursuivent un chien ; ce triste spectacle nous était souvent offert pendant le siège de Sébastopol ; les chiens ayant manqué, ces chasseurs enragés ont inventé une chasse assez originale.

Un cavalier, muni d’un sac rempli de petits morceaux de papier blanc, les semait sur sa route en fuyant au galop, traçant ainsi une piste, que suivaient les chasseurs attachés à la poursuite de ce petit Poucet d’un nouveau genre.

L’habileté de celui qui simulait la bête, consistait à se frayer une route à travers toute sorte d’obstacles, de telle sorte que les chasseurs ne puissent l’atteindre dans un temps déterminé. Si la bête était prise, il y avait curée, c’est-à-dire, qu’elle était astreinte à payer un gala. »

Charles RAABE (Capitaine), Locomotion du cheval. Examen du cheval selon M. H. Bouley…, Paris : Dumaine, 1857, p. 61.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.