Hommage à l’acteur quadrupède

L’engouement pour les chevaux présents dans les spectacles circassiens au XIXe siècle est tel qu’un cheval ‘connu’, arrêté pour plusieurs jours à la suite d’une blessure, a vu son retour sur scène annoncé solennellement par le théâtre qui l’employait.

De cet incident a été tiré un vaudeville produit par l’Opéra-Comique National le 30 mars 1800 et où l’on trouve ces quelques vers satiriques :

« L’auteur de ces beaux intermèdes,

Aux passions sait mettre un frain [sic],

Avec des acteurs quadrupèdes,

L’intrigue doit aller bon train.

Par malheur pour la troupe équestre,

On m’a dit que ce mois dernier,

Le trop fougueux jeune premier

S’est laissé tomber dans l’orchestre. »

Source : A. H. SAXON, Enter foot and horse : a history of hippodrama in England and France, New Heaven and London : Yale University Press, 1968, p. 43. L’auteur lui-même cite les Chroniques des petits théâtres de Paris de Nicolas Brazier (Paris, vol. 1, 1837, p. 267)

Publicités