Des centauresses

« Dans le but de faire bien apprécier par nos lectrices l’utilité de l’équitation, et, afin que l’on ne nous accuse pas d’en vouloir faire des centauresses. »

 

ROGER Alfred, Le Livre de l’équitation des dames et de la gymnastique, Paris : Ploche, 1852, p. 3.

Publicités